“La production solaire devient la production de base” selon PDG de National Grid

Mike Westcott (HR) & Steve Holliday (CEO), National Grid, London for Work Magazine – Andrew Shaylor Photographer

Steve Holliday, PDG de 2007 à 2016 de National Grid, la société qui exploite les réseaux de transport de gaz et d’électricité au Royaume-Uni et dans le nord-est des États-Unis, estime que l’idée de grandes centrales électriques au charbon ou nucléaires destinées à produire de l’électricité en base est ” dépassée “.

“Du point de vue du consommateur, l’énergie solaire en autoconsommation sera la production de base. Les centrales centralisées seront de plus en plus utilisées pour répondre à la demande de pointe pour boucher les trous”, dit-il, dans une interview exclusive pour World Energy Focus, une publication du Conseil mondial de l’énergie. Le chef de National Grid note également que les marchés de l’énergie “s’orientent clairement vers une production beaucoup plus distribuée et vers des micro-réseaux”.

“Cette industrie est en pleine transformation. Nous avions l’habitude d’avoir une assez bonne idée de ce que seraient les besoins futurs. Nous construirions des actifs qui dureraient des décennies et qui couvriraient assurément ces besoins. Ce monde a pris fin. Notre stratégie est maintenant centrée sur l’agilité et la flexibilité, basées sur notre incapacité à prévoir ou à prescrire ce que nos clients vont vouloir.”

En tant que CEO, depuis 2007, d’une société active sur deux continents, et responsable du transport et de la distribution de gaz et d’électricité, Steve Holliday se retrouve au centre des développements fulgurants du secteur énergétique. Et comme National Grid est une société réglementée (bien que cotée en bourse), il peut parler d’une manière raisonnablement indépendante.

“Ce qui est crucial, dit Holliday, c’est de remettre le consommateur au centre du dispositif, être enfin orienté client. Par le passé, tous les consommateurs ont eu la même chose. Un même services pour tous. Maintenant, il n’y a plus de service unique. Les gens voudront interagir avec l’énergie de différentes façons.”

Quel est l’avenir de la production de base dans un tel système ?

“Ce n’est pas la bonne question, dit Holliday. “L’idée d’une alimentation de base est déjà dépassée. Je pense que vous devriez voir les choses dans l’autre sens.

Du point de vue du consommateur, la charge de base est ce que je produis moi-même, à moindre frais. Le solaire sur mon toit, ma pompe à chaleur, c’est la production de base autour de laquelle tout doit s’organiser.

Pendant longtemps cette industrie devait produire pour la satisfaction de la demande. Un montant extraordinaire de capital a été immobilisé pour un ensemble de circonstances inhabituelles : assurer l’approvisionnement à tout moment. La situation est maintenant renversée. L’avenir dépendra beaucoup plus d’ajustement de la consommation à la production : par une réponse et une gestion de la demande qui permettront au marché d’équilibrer le prix de l’offre et de la demande. C’est la façon dont nous équilibrons ces choses qui déterminera la forme future de notre entreprise.”

Les centrales nucléaires seront utilisées pour répondre à la demande de pointe ?

“Si vous avez l’énergie nucléaire dans le mix énergétique, vous devrez penser à la taille de ces centrales. Nous devons trouver un moyen d’obtenir des centrales nucléaires plus petites et potentiellement modulaires. Nous avons de moins en moins de consommation industrielle, pour les petits consommateurs, vous avez besoin de flexibilité.”

Dans quelle mesure l’intégration des énergies renouvelables intermittentes pose-t-elle problème ?

“C’est simpliste de ne regarder que le stockage. Nous aurons des entreprises qui développent des système de pilotage via des objets connectés pour nous assurer que l’énergie est consommée quand elle est produite”.  Ces entreprises, dit Holliday, ” construisent les applications qui transformeront le monde de l’énergie, agrégeant les données, mariant l’offre et la demande. C’est un espace vraiment excitant où il fait bon vivre.” A titre d’exemple, il note qu'”à l’avenir, il y aura des quantités massives de données disponibles à partir des stations de recharge des véhicules. L’intelligence va décider de l’usage qui en sera fait.”

Cela signifie-t-il que les opérateurs de réseaux investissent actuellement trop ?

Par exemple, est-il vraiment nécessaire de construire de nouvelles grandes lignes électriques pour transporter l’électricité des parcs éoliens offshore, comme certains le disent ?

“Ça dépend. Si vous regardez l’Allemagne, elle aura une énorme capacité offshore dans le nord et une grande partie de la consommation dans le sud. Comment pouvez-vous rivaliser avec cela autrement qu’avec les lignes de transport d’électricité ? Mais au Royaume-Uni et dans le nord-est des États-Unis, le défi est de s’assurer que nous sommes intelligents et de produire à proximité du lieu de consommation.”

Vers le tout électrique

Au Royaume-Uni, la demande totale d’électricité devrait rester stable jusqu’au milieu des années 2020. Ensuite, il redémarrera car “d’énormes quantités de chaleur et de transport sont susceptibles d’être électrifiées”. Il est convaincu que “les voitures vont devenir électriques”. Il en sera de même pour une grande partie de la chaleur. “Comme le montrent les scénarios Jazz et Symphonie du Conseil mondial de l’énergie, pour l’instant, on ne peut régler le trilemme énergétique sans les combustibles fossiles. Mais à l’avenir, ce dont vous avez vraiment besoin, c’est d’électricité.” Des entreprises comme Shell, BP et Total pourraient-elles passer à l’électricité ? “Si tu veux être une compagnie d’énergie dans 10 ans, c’est dur de ne pas y penser.”

“Dans un marché de détail concurrentiel en tant que fournisseur d’énergie où plus vous vendez d’énergie et plus vous réalisez de profits, il est difficile d’inciter à consommer moins d’énergie.”

Les anciens modèles économiques de l’électricité sont donc dépassés. Nous allons donc devoir inventer de nouveaux modèles qui permettent aux acteurs de tous agir vers le même but, réduire la facture des consommateurs à court, moyen et long termes.

Source : Energy Post