Le principe

L’autoconsommation ou auto-production désigne le principe de produire une ressource afin de la consommer, cela peut s’appliquer pour les biens, les aliments et les énergies. Vous l’aurez compris avec Comwatt on parle plutôt d’autoconsommation énergétique.

Autoconsommation, de quoi parlons nous ?

Pour bien comprendre il faut savoir que l’électricité se comporte comme un fluide, comme de l’eau. Creuser un puits permet à toute sa famille d’en profiter pendant plusieurs générations. Installer des modules solaires en autoconsommation, c’est la même chose, tout ce qui est produit sur place n’a pas besoin d’être acheté aux fournisseurs. Si à certaines heures (nuit par exemple), la production solaire est insuffisante, le fournisseur fournit le complément, si le solaire produit trop (les vacances par exemple) le fournisseur achète le surplus. Pour un puits, il y a le problème de la gestion de la ressource, car si tout le monde puise de grandes quantités d’eau, les voisins n’ont plus rien. Pour le solaire, il n’est pas possible de tarir la source, ce qui est un avantage immense et ouvre un grand nombre de perspectives pour les consom-acteurs.

Attention, ne pas confondre autoconsommation individuelle et collective

A titre individuel, il est parfaitement légal de produire sa propre énergie depuis le décret du 6 décembre 2000 et les arrêtés suivants, dont la loi sur l’autoconsommation publiée au JO le 25 février 2017. Mais pendant longtemps, les panneaux solaires étaient si chers que cela n’était pas rentable d’utiliser sa propre électricité et il fallait tout revendre pour absorber l’important investissement initial. Depuis que le solaire a baissé de 85% lors des 7 dernières années, l’autoconsommation devient possible.

 

En revanche l’autoconsommation collective qui concerne l’échange d’électricité dans un quartier n’était pas légale jusqu’à présent. Il fallait consommer sur place l’énergie ou la vendre à EDF. Une nouvelle réglementation validée par le parlement va rentrer en application en 2018. Elle va permettre de vendre de l’électricité à son voisin.

Aujourd’hui, l’autoconsommation s’est démocratisée, car l’installation des panneaux photovoltaïques est beaucoup plus accessible. Il est possible de poser des panneaux solaires en surimposition sur le toit ou sur une ombrière par exemple.

Les moyens pour accéder à l’autoconsommation

L’Etat encourage l’autoconsommation par une prime

L’arrêté tarifaire de mai 2017, réglemente l’autoconsommation sur les installations photovoltaïques de 100 kilowatts et moins.

Il fixe les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque pour les installations en revente totale de leur production.

Puis il soutient l’autoconsommation en mettant en place une prime à l’investissement, que ce soit chez le particulier ou dans le tertiaire. De plus il est également possible de revendre le surplus au réseau.

Mais attention, le nouvel arrêté tarifaire impose une condition sur l’aménagement, il faut que l’installateur ait la mention “RGE” ( “Reconnu Garant de l’Environnement”) afin de bénéficier de la prime d’autoconsommation et du tarif d’achat.

Le conseil d'expert

Afin d’obtenir le meilleur rendement possible il est important d’analyser sa consommation d’énergie. En effet, en fonction de ses besoins chacun à une consommation différente, il est alors important de choisir la bonne puissance et d’optimiser la quantité de panneaux pour bénéficier de la meilleure efficacité.

Bon à savoir

Les bonnes raisons de se mettre à l’autoconsommation:

En tant que propriétaire du système vous économisez de l’argent et vous vous affranchissez de la hausse du prix de l’électricité.

L’auto production de l’électricité est déjà moins chère que que l’électricité achetée auprès des fournisseurs d’énergie et la charge sur le réseau est allégée de deux façons: moins d’énergie doit être transportée entre les pays et le rachat n’est pas nécessaire.

L’autoconsommation vu par  Comwatt